www.terresdeguyane.fr Le site d'information 100% Guyane Terres de Guyane sarl : Book & références
Accueil Guyane pratique ! Articles et reportages Nature et environnement Photothèque Carnet d'adresses
Recherche sur TDG
Terres de Guyane
TOUS LES ARTICLES
Nature et environnement
Histoire
Géographie
Météorologie
Economie
Populations / Cultures
Chiffres-clés
Tourisme
Arts et culture
Actualité, évènementiel
Vie quotidienne
Divers
 
TDG
A la découverte des tortues marines...
Christine POIXBLANC
Avez-vous déjà vu des tortues marines sortir des vagues tumultueuses et remonter les plages de Guyane pour venir pondre des centaines d'oeufs ?

Et avez-vous déjà observé l'émergence des bébés tortues, qui pointent le bout de leur bec hors du sable pour apprécier la température extérieure, avant de se décider à courir vers l'océan ?

Le spectacle reste toujours stupéfiant, que ce soit avec des tortues adultes olivâtres de 40 kg, des tortues vertes de 100 ou 300 kg ou des Luths de 400 ou 900 kg, ou de minuscules bébés tortues de quelques grammes !

Si vous n'avez pas encore pris le temps d'assister à ce spectacle magique que nous offre la nature guyanaise, il est encore temps !


L'écloserie naturelle des tortues marines
gérée par l'Association Kwata.
Plage de Montjoly
[Photo © Roger Le Guen]
 
Une Ecloserie Naturelle... Pour quoi faire ?
L'écloserie naturelle permet de transplanter des nids de tortues marines menacés (par les chiens ou les aménagements estivaux), afin de mettre les oeufs à l'abri du danger.
Ils sont récupérés par l'équipe de l'association Kwata sitôt pondus et sont immédiatement tranportés dans l'enceinte de l'écloserie naturelle, où ils sont replacés dans le sable et laissés en incubation naturelle.

C'est aussi et surtout un lieu d'information ouvert à tous, où chacun peut découvrir le monde étrange des tortues marines.
Questions / Réponses
A la découverte des tortues marines...
Comment vivent les tortues marines, où vont-elles dans la mer, parcourent-elles le monde entier, de quoi se nourrissent-elles ?

• La vie des tortues marines n'est pas encore très bien connue : on sait par exemple que les tortues luth sont capables de parcourir 6.000 km en seulement 3 mois. Une tortue luth baguée en Guyane a été retrouvée au New Jersey (facade atlantique des Etats-Unis), une autre au Ghana (en Afrique), et même en Bretagne (France) et en Espagne. S'agit-il de véritables migrations ou de mouvements liés aux courants ?

Le régime alimentaire des tortues marines varie avec l'espèce : les tortues Luth se nourissent surtout de méduses; les Olivâtres de crustacés ou de méduses et d'éponges; les tortues vertes sont apparemment omnivores jusqu'à trois ans maximum, puis deviennent ensuite herbivores; la tortue imbriquée se nourrit d'éponges dans les récifs coralliens de la Caraïbe et la Caouanne est carnivore.

La plus fréquente en Guyane, mais aussi la plus menacée à l'échelle mondiale est la Tortue luth, qui se reconnait à sa carapace sans écailles, ressemblant à du cuir.



Combien d'espèces de tortues marines existe-t-il en Guyane et comment fait-on pour les distinguer les unes des autres ?

En Guyane, 5 espèces de tortues marines viennent pondre sur les plages.
La plus commune de toutes et la plus grosse est la Tortue luth (Dermochelys coriacea). On trouve aussi la Tortue verte (Chelonia mydas) avec ses grands yeux en forme d'amande, la Tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea) avec sa petite tête triangulaire, et, de manière plus exceptionnelle, la Tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata) ainsi que la Caouanne (Caretta caretta).
Tortue Luth
Plus d'infos...
Tortue verte
Plus d'infos..
Tortue olivâtre
Plus d'infos..
Tortue imbriquée
Plus d'infos..
Caouanne
Plus d'infos..
[Dessins © Maël Dewynter]
Quelle est l'espèce la plus fréquente en Guyane et combien de tortues marines viennent elles pondre chaque année sur les plages ?

La population mondiale de Tortues luth a baissé de manière très importante entre les années 1980 et le milieu des années 1990 : estimée à 115.000 femelles adultes au début des années 80, elles ne sont plus que 34.500, quinze ans plus tard.
Les plages des Guyanes, représentent à elles-seules, plus de la moitié de la population mondiale de femelles nidifiant (selon les estimations des années 90). 4000 pontes ont été recensées sur les plages de l'Est Guyanais (entre Kourou et l'Ile de Cayenne) entre 1999 et 2000 : 2492 pontes de Luth, 1100 pontes de Tortues olivâtres, 58 deTortues vertes et 6 de Tortues imbriquées.



Les tortues luth sont-elles fidèles à leur lieu de naissance ?

Les tortues marines femelles sortent de l'eau pour pondre dans le sable des plages, mais elles ne couvent pas leurs oeufs.
La fidélité des tortues à des sites de ponte n'est pas encore bien connue, elle sont, semble-t-il, fidèles à une région : le Plateau des Guyanes, voire la Guyane, mais elles ne sont pas fidèles à une plage en particulier. L'étude des tortues marines par des balises argos, permettra de mieux les connaître et de les suivre partout où elles se déplacent.



Comment pondent les luth ?

La ponte des tortues luth suit une longue procédure organisée en 7 étapes. Elle débute toujours à marée haute, entre la tombée de la nuit et le crépuscule et dure plus d'une heure.
La première des 7 étapes est "l'ascension", la luth sort de l'eau et remonte péniblement la plage pour choisir l'emplacement de son futur nid. La seconde étape est le "balayage" de l'aire de ponte au moyen de ses pattes antérieures et postérieures durant un quart d'heure environ, puis la tortue attaque la troisième phase : "le creusement du nid". A l'aide de ses pattes postérieures qu'elle incurve comme de petites mains, elle creuse un trou profond de 80 cm environ dans le sable, ce qui prend au moins 25 minutes. Un fois le nid creusé, la Luth "pond ses oeufs" en une dizaine de minutes, s'en suit la cinquième étape qui consiste à "refermer le nid" au moyen de ses pattes postérieures en ramenant et en tassant le sable sur les oeufs. La fermeture du nid demande une dizaine de minutes également. Arrive alors l'avant-dernière étape, "le brouillage des pistes" moment où la tortue balaie tout le sable avoisinant le nid durant une vingtaine de minutes, et tout ceci se termine par le "départ de la tortue vers la mer".



Combien d'oeufs pondent-elles ? Tous les oeufs donnent-ils des bébés ?

Les Luth pondent en moyenne 115 oeufs à la fois et chaque ponte contient des oeufs fertiles et infertiles. En moyenne, on compte 30 à 40% d'oeufs infertiles, ce qui équivaut pour un nid de 115 oeufs à environ 69 à 80 oeufs fertiles de 4,5 à 5,6 cm de diamètre et à 35 à 46 oeufs infertiles de taille irrégulière.
Le rôle des oeufs infertiles (c'est-à-dire des oeufs sans jaune (= sans "vitelus"), qui ne donneront jamais de bébé tortue) est mal connu. Il est probable qu'ils servent de leurre contre les prédateurs, ou qu'ils régulent le taux d'humidité ou la température.
Les Luth viennent pondre plusieurs fois dans la saison, 7 fois en moyenne, à 10 jours d'intervalle entre chaque ponte.


Emergence de tortues Luth
[Photo © Roger Le Guen]
Après combien de temps le bébé luth tortue sort-il de l'oeuf ?

Les oeufs de luth sont enfouis dans le sable à 80 cm de profondeur et les petits éclosent après 60 à 72 jours environ. Le top départ est donné par quelques bébés qui en sortant de leur coquille, stimulent l'éclosion des autres oeufs par vibrations. Les bébés luth sortis des oeufs doivent gagner la surface, il leur faut remonter 80 cm de sable ! Ils forment alors une sorte de colone, ceux au sommet de la colonne se faufilent dans le sable en direction de la surface, et ceux de derrière suivent en tassant le sable qui dégringole entre eux. L'ascension dure 3 à 5 jours et la colonne de petites tortues monte par à-coups.
Tout petits et si vulnérables, est-ce que les bébés tortues ont beaucoup de prédateurs ?

On peut apercevoir les bébés émerger du sable, généralement avant 8h du matin ou après 17h mais aussi parfois dans la journée après une bonne pluie. Les bébés sortent le bout de leur bec pour mesurer la température extérieure, et si celle-ci n'est pas trop chaude, ils sortent alors du sable et se dépêchent de traverser la plage pour rejoindre l'océan.



D'un nid de luth, combien de tortues réussiront à devenir adulte ?

Ces nouveaux-nés ont intérêt à vite se glisser dans les vagues car de nombreux prédateurs les attendent avec impatience : le Raton crabier, le Coati, l'Urubu, les Hérons bihoreau violacé et gris, le Grand duc de Virginie (hibou), le Crabe fantôme, la Courtilière... mais aussi les chiens errants... Une fois dans l'eau, les petits ne sont pas sauvés car il leur faut déjouer les pièges des poissons carnivores, tels que les Machoirans, qui font un festin des jeunes tortues Luth.
A l'émergence, les petites Luth pèsent 45g environ. Adultes, certaines pourront peser jusqu'à 1 tonne ! La jeune tortue atteint 350kg entre 7 et 15 ans, période à laquelle elle commence à venir pondre sur les plages.
On estime qu'une tortue sur mille réussit à atteindre l'âge adulte (âge lui premettant de se reproduire).



L'homme est-il un prédateur pour les tortues marines ?

Entre fin mai 1998 et début février 2000, 13 Luth, 9 Tortues olivâtres, 2 Vertes et 2 Tortues imbriquées ont été retrouvées mortes sur les plages de l'Est (entre Kourou et l'Ile de Cayenne).
• Les tortues sont tuées par les chiens nombreux laissés sans surveillance sur les plages mais aussi par l'homme. Non content de braconner les nids, il arrive en effet que ce dernier, n'ayant pas la patience d'attendre que la ponte s'effectue naturellement, dissèque la tortue vivante afin de lui voler les oeufs...
• On retrouve également fréquemment des tortues échouées sur le bord des plages, étouffées par des sacs plastiques, déchiquetées par les hélices des bateaux ou emprisonnées dans des filets droits à petites mailles. Ces filets droits, longs de plusieurs centaines de mètres, sont utilisés généralement par des bateaux surinamais qui pêchent illégalement en eaux françaises.
• Entre mai 98 et février 2000, 20 Tortues luth échouées ont été sauvées grâce à l'action de l'équipe "Tortues marines" de l'association Kwata.



Comment fait-on pour les étudier ?

Les tortues venant pondre sur les plages de Guyane ont été marquées individuellement depuis 1977 avec des bagues, puis depuis 1995, par des transpondeurs magnétiques passifs (puces éléctroniques)... Ces puces électroniques sont utilisées préférentiellement, car les bagues sont généralement perdues par les tortues après 3 ou 4 années d'usage. Depuis 1998, ces puces sont injectées dans le muscle de l'épaule gauche de manière à standardiser les protocoles d'étude (= méthodes d'étude) entre les différents pays.

Ce matériel d'étude permet de suivre les populations de tortues venant pondre sur les plages durant la saison de ponte, c'est-à-dire de connaître les différentes plages sur lesquelles elle sont venues pondre au cours d'une saison. L'utilisation depuis 3 ans de balises argos permet de les suivre ensuite en mer sur plusieurs mois. Toutes ces informations fournissent des renseignements importants sur l'écologie de ces animaux et, par la connaissance qu'elles apportent, permettent d'envisager de meilleures mesures de protection.
Pose d'une balise argos sur une tortue luth Le lecteur de puces
électroniques
Des spécimens de bébés et d'oeufs de tortues conservés dans le formol, pour que le public puisse les observer à tout moment de l'année, et pour apprendre à les reconnaître et comprendre les menaces qui pèsent sur ces animaux.
 
Où, quand, et comment observer les pontes ou les émergences de tortues ?

Pour observer la ponte des tortues marines, rendez-vous 2 heures avant et 2 heures après la pleine mer, sur les plages de l'Est ou sur la Réserve Naturelle de l'Amana.

Mais attention, pour rencontrer les tortues sans les pertuber, ni les stresser, un certain nombre de consignes sont à respecter pour le bien-être de ces animaux
 :
• Veillez à ne pas vous placer sur la chemin des tortues et à ne pas vous approcher trop près tant qu'elles se déplacent sur le sable. Les lampes électriques et les flash des appareils photos les dérangent, alors emportez avec vous des lampes de poches qui ont un éclairage minimal et vertical. Limiter le nombre de photos au flash et les puissants éclairages utilisés par les amateurs de films vidéo. Les plus belles photos sont celles prises à la lumière du jour, au petit matin ou au coucher du soleil à marée haute. Par temps de pleine lune et sous un ciel dégagé, vous pouvez même observer les tortues sans éclairage artificiel, le spectacle est encore plus féérique.
• Ne touchez pas aux tortues et surtout ne manipulez ni les oeufs ni les "bébés". Enfin il est inutile de transporter les petites tortues à l'eau, car elles ont besoin de marcher sur le sable pour se muscler avant de rejoindre l'océan.
En Guyane, des campagnes d'études scientifiques sont menées par l'association Kwata en collaboration avec la Sépanguy sur les plages de l'Est (entre Kourou et l'île de Cayenne) et par le WWF-Guyane, la Réserve naturelle de l'Amana et l'association Kulalasi sur les plages de l'Ouest ( Awala-Yalimapo - Réserve naturelle d'Amana).

A toutes ces questions (et à toutes les autres que vous pouvez vous poser !), vous aurez des complément de réponses beaucoup plus précis grâce aux animateurs, aux expositions, au matériel pédagogique et au matériel d'étude présentés à l'écloserie de la plage de Montjoly et à la Maison de la Réserve de l'Amana.
Vous pourrez également vous renseigner sur la législation et apprendre que toutes les tortues marines de Guyane et leurs oeufs sont entièrement protégés (arrêté ministériel du 17 juillet 1991) afin d'assurer la survie de ces animaux menacés à l'échelle de la planète.

Aller à la découverte des tortues tout en connaissant leur vie fascinante, permet d'apprécier à sa juste valeur cette rencontre intime avec l'animal...
 
Voir aussi l'article du même auteur :
"Des années 60 à nos jours : Petite rétrospective sur la connaissance des tortues marines"
 
Remerciements à Grégory Talvy, Responsable du Programme Tortues Marines de l'Association Kwata pour sa relecture amicale, et les corrections judicieuses apportées au texte...
 
Textes © Christine Poixblanc
Photos © Roger Le Guen, TDG, WWF Guyane
Dessins © Maël Dewynter
Tous droits de reproduction réservés - Janvier 2001
 

Sources documentaires

  • Apports scientifiques à la stratégie de conservation des Tortues luths en Guyane française
    Johan Chevalier, Bernard Cazelles, Marc Girondo
  • Les tortues de Guyane française
    Jacques Fretey - Nature Guyanaise - 1987
  • Sauver la tortue luth : aidez-nous
    Plaquette d'information éditée par le WWF France -Textes et photos : J. Fretey
  • Suivi de la population de tortues marines sur l'ensemble des sites de ponte de l'Est Guyanais
    Lettre d'information de Kwata et de la Sépanguy - 2000
  • 20e anniversaire avec les Tortues luths
    La Lettre d'Information du WWF - Hors-série n°2 - 1
 
Haut de page
 
 
2001 - 2017 © TERRES DE GUYANE - Tous droits de reproduction réservés
Mentions légales - Conditions d'utilisation Recherche dans TDG