www.terresdeguyane.fr Le site d'information 100% Guyane Terres de Guyane sarl : Book & références
Accueil Guyane pratique ! Articles et reportages Nature et environnement Photothèque Carnet d'adresses
Recherche sur TDG
Terres de Guyane
TOUS LES ARTICLES
Nature et environnement
Histoire
Géographie
Météorologie
Economie
Populations / Cultures
Chiffres-clés
Tourisme
Arts et culture
Actualité, évènementiel
Vie quotidienne
Divers
 
TDG
Pour se familiariser avec les noms scientifiques...
Christine POIXBLANC
Ne vous semble-t-il pas étrange que la salade dans votre assiette ne ressemble pas au morceau de poisson, qui lui-même ne ressemble pas à la cuisse de poulet ni même à la tranche de lard ?
Nous ne sommes pas les premiers à philosopher, la faim au ventre sur un coin de table, car Aristote nous a devancé, il y a plus de 2300 ans. En observant les êtres vivants, il lui est venu l'idée géniale qu'il devait exister un "ordre naturel", une sorte de gradation des végétaux vers les animaux.

Quelques siècles plus tard, au XVIIIe, les grands voyageurs parcourant de nouveaux continents découvrirent des animaux et des végétaux étrangement différents de ce qu'ils connaissaient en Europe. Ils ramenèrent des spécimens dans leurs pays et, de ces découvertes, est apparue la nécessité de classer tous ces nouveaux êtres vivants.
CLASSER, RANGER, ORDONNER... les animaux et les plantes est devenu une nouvelle science :
la systématique.
Le systématicien étant celui qui décrit et ordonne les nouvelles espèces les unes par rapport aux autres sur des critères de ressemblance, dans le but de rechercher un "ordre de la création".

De ce travail de systématiciens frénétiques, est née une invention qui révolutionna le monde des sciences : le concept de la carte d'identité.
Linné (1707-1778), célèbre naturaliste suédois, inventa une carte d'identité universelle, valable pour toutes les espèces animales ou végétales vivant sur Terre (Systema naturae, 1758).
Ce concept appelé en réalité la" nomenclature binomiale" est toujours en vigueur de nos jours. Le mot nomenclature veut dire "nommer par un nom" et l'adjectif binomial signifie que chaque espèce porte un nom latin composé de deux mots : un nom de genre et un nom d'espèce.
Ce nom latin est suivi d'un nom d'auteur et d'une date : l'auteur est le premier systématicien qui a décrit l'espèce, et la date correspond à l'année de cette description.
 
Agouti

Agouti
Dasyprocta leporina
[Photo © Antoine Cercueil]
L'espèce est la seule catégorie qualifiée de "naturelle" car elle regroupe tous les êtres vivants interféconds dans des conditions naturelles.

Pour prendre un exemple, les agoutis (Dasyprocta leporina) forment une espèce car l'agouti femelle ne peut se reproduire qu'avec des agoutis mâles. La descendance, qui ressemble aux parents, pourra à son tour se reproduire et donner naissance à de nouveaux agoutis fertiles.

A l'inverse, la descendance hybride de deux espèces proches comme l'âne (equus asinus) et le cheval (equus caballus) sera stérile.
Ce système de nomenclature est donc très rapidement devenu un standard international, car il permet entre autres, d'ignorer les problèmes de langues et d'éviter toute confusion, permettant par exemple de différencier la bonne vingtaine d'espèces de poissons d'eau douce des rivières guyanaises appelés communément "Yaya" en créole.
C'est pourquoi, que vous soyez animal ou végétal, les scientifiques ne vous reconnaissent que par votre nom latin qui désigne le nom de votre espèce.
 
Jaguar

Jaguar
Panthera onca
[Photo © Roger Le Guen]
Ainsi si vous êtes un jaguar, quel que soit le pays où vous résidez, votre véritable nom reconnu par tous les scientifiques du monde, sera Panthera onca (Linné, 1758). Monsieur Linné étant le premier systématicien a avoir décrit en 1758 un de vos ancêtres.

Inutile de revendiquer votre nom de "tig marké", ni même de "jaguar". Les scientifiques sont intransigeants, ils vous appelleront Panthera onca...
 
Mais les choses ne se sont pas arrêtées là. Les systématiciens ont voulu reconstituer l'arbre généalogique du monde vivant (animaux, végétaux, bactéries...) en recherchant les liens de parenté entre toutes les espèces. En terme scientifique, les recherches sur l'arbre généalogique des espèces s'appellent la "phylogénie" (10 lettres pour le scrabble !).

Passant sur les détails de plusieurs siècles d'histoire, précisons toutefois au passage que la systématique approfondit aujourd'hui l'objet de ses recherches en s'intéressant à ce qui se trouve au coeur de nos cellules (chromosomes, protéines, ADN...). C'est ainsi qu'en comparant leurs cellules, on a pu découvrir en 1973 que le grand panda (Ailuropoda melanoleucus) n'était pas le cousin du raton laveur comme tout le monde semblait le penser, mais qu'il s'agit bien d'un ours.

Pour reconstituer l'arbre généalogique des espèces, les scientifiques ont eu besoin de construire des catégories pour classer les espèces.
Ces catégories s'appellent des taxons, d'où les noms de taxinomie/taxonomie employés souvent comme synonymes de la systématique.
Voici tous les taxons utilisés en taxonomie :
Règne > Embranchement > Classe > Ordre >Famille >Genre > Espèce (Binome genre + espèce = nom par lequel l'espèce est reconnue)

Le Règne est le taxon supérieur, tous les autres taxons s'emboîtent les uns dans les autres. (Un moyen mnémotechnique pour se souvenir de l'ordre des taxons est le mot "RECOFGE" qui reprend la première lettre de tous les taxons).
Selon les scientifiques, il peut exister des petites différences. Certains utilisent alors des taxons supplémentaires, comme la super-famille ou la sous-famille, mais le contenu des catégories reste le même.

Prenons un exemple pour illustrer le "RECOFGE". L'espèce Panthera onca (= Jaguar en français, ou tig marké en créole) est rangée de la façon suivante en taxonomie :
Règne : Animal
  > Embranchement : Vertébrés
     > Classe : Mammifères
        > Ordre : Carnivora (du latin caro, carnis=chair et vorarer=dévorer)
           > Famille : Felidae (du latin felis=chat)
              > Genre : Panthera
                 > Espèce : onca

La classification des êtres vivants a ainsi permis de comprendre les relations de parentés entre les végétaux et les animaux et l'évolution des espèces depuis les premières formes de vie sur Terre...
À présent, que vous voici familiarisé avec les noms scientifiques et la taxinomie, il n'y a plus de prétexte pour fuir les mots scientifiques !
 
Textes Christine Poixblanc
Photos ©Antoine Cercueil, Roger Le Guen
© Terres de Guyane - Tous droits de reproduction réservés - Mai 2001
 
 
Haut de page
 
 
2001 - 2014 © TERRES DE GUYANE - Tous droits de reproduction réservés
Mentions légales - Conditions d'utilisation Recherche dans TDG